Les bons conseils de Lara

Les bons conseils de Lara

Elève Expersanté 2015/2016, Etudiante à l’IFP de Toulouse
(a eu 3 concours : Isrp Paris, la Salpêtrière, IFP Toulouse)

“Pour réussir l’épreuve de Biologie de Toulouse, je conseillerais de profiter des dernières semaines de révisions pour bien s’entraîner sur des sujets rédactionnels.

Les questions rédactionnelles longues de Toulouse peuvent être un peu désarmantes (euh, comment est-ce qu’on fait une introduction déjà ?…) et peuvent mettre en sérieuse difficulté si on perd trop de temps à faire son plan et/ou à les rédiger…surtout quand la question est large ou transversale.

Personnellement j’ai fait tous les sujets qui nous ont été fournis, et j’ai comparé les plans que j’avais faits avec ceux de mon groupe de travail habituel. C’est à la fois un bon moyen d’évaluer la pertinence de ses plans, et de vérifier qu’on a rien oublié. N’ayant pas de difficulté en rédaction (et une motivation réduite) je ne me suis pas entraînée à rédiger des questions rédactionnelles complètes. Je conseillerais néanmoins de le faire au moins une fois à tous ceux qui ont des difficultés à gérer leur temps (par exemple, rédiger une question rédactionnelle au lieu de se faire réciter un cours).

Les textes qui tombent en français à Toulouse (comme à l’ISRP et à la Pitié) ont généralement un contenu difficile (anthropologie, sociologie…) et un niveau de langage tout à fait coordonné.

La première chose à faire, c’est bien sûr de travailler régulièrement toute l’année, de bien faire ses résumés à la maison, et surtout de les reprendre. C’est à cette occasion là qu’on s’améliore qualitativement, ce qui est réellement le plus important pour gagner des points. Je pense qu’il vaut mieux refaire des résumés qu’on a déjà faits, que de résumer de nouveaux textes dont on n’aurait pas la correction (ou pire, des corrections d’annales qui sont généralement complètement nulles et n’apportent pas forcément d’éléments de compréhension). Les textes que Mme Beulé nous fait le plus travailler sont ceux qui font bien mal au crâne, aussi vous aurez tout ce qu’il vous faut dans vos petits cahiers. Pour varier, essayez de refaire vos résumés avec une consigne de mots différente, selon vos difficultés.

Une fois sur place, vous arriverez avec comme bagages ; votre travail de l’année, vos connaissances acquises en classes, et votre culture générale personnelle. Il est donc tout à fait possible que le texte du concours vous soit aussi hermétique qu’un discours de macro économie en finnois.

Surtout, NE PANIQUEZ PAS !!! Si vous n’y comprenez rien, dites-vous bien que les autres non plus. Certes, il y en aura bien quelques-unes dans la salle qui auront passé leurs vacances d’été en Finlande. Ces aliens mises à part, vous êtes toutes plongées dans un désarroi commun. Par ailleurs, de nombreuses prépas privilégient l’entraînement aux sujets types Lyon ou Lille, qui sont beaucoup moins difficiles que ceux de Toulouse ou Paris que vous connaissez bien. Vous avez travaillé, vous êtes bien préparées, vous avez emmené votre cerveau avec vous le jour de l’examen, alors vous avez tout ce qu’il faut pour affronter le sujet !

Sinon, je vous conseillerais de repérer le lieu d’examen à l’avance, au moins pour ce concours-là.

Le premier concours est très stressant, aussi il vaut mieux prendre ses précautions pour limiter autant que possible les facteurs de stress !”

 

Bon courage à toutes (et à tous), on vous attend à l’IFP l’an prochain !!