Orthophoniste

 


OrthophonistePour devenir orthophoniste, il faut suivre une formation d’orthophonie dans l’un des 18 centres de formation en orthophonie français.

L’orthophoniste, qui ne peut intervenir que sur prescription médicale, est spécialisé dans la rééducation des troubles de la communication, écrite et orale, chez l’enfant comme chez l’adulte.

Dépister et traiter

L’orthophoniste établit un diagnostic orthophonique puis propose un programme de rééducation en fonction des troubles dépistés : voix, articulation, communication, parole, déglutition, compréhension et expression du langage oral et écrit, fonctions supérieures (mémoire, raisonnement, attention)… L’orthophoniste utilise des techniques particulières, avec des exercices souvent ludiques, des jeux, de la musique, du dessin… Il s’adresse à la personne dans sa globalité et, à ce titre, tient compte de l’âge, de la personnalité et des handicaps éventuels : surdité, trisomie, infirmité motrice cérébrale …, en plus des problèmes présentés.

Les enfants, mais aussi les adultes

Une grande majorité des patients est constituée d’enfants en âge scolaire présentant des défauts d’articulation, des retards de langage ou des handicaps divers. Mais qu’il s’agisse de rééducations après intervention chirurgicale ou accident, de difficultés d’expression orale ou autres … de nombreux adultes ont besoin également d’être aidés. Ce praticien spécialisé dans les difficultés de communication liées à des troubles du développement du langage ou non travaille le plus souvent en équipe pluridisciplinaire : éducateurs spécialisés, psychologues, médecins, assistants des services sociaux… et peut jouer un rôle fondamental de soutien auprès des familles. Sa profession est basée sur les relations humaines.

Compétences nécessaires

Devenir orthophoniste demande des compétences comme la capacité d’écoute, la patience et la méthode, le sens pédagogique, et la créativité

Formations

Pour exercer ce métier et devenir orthophoniste, il est obligatoire d’avoir le certificat de capacité d’orthophoniste. Il se prépare dans l’un des 18 centres de formation rattachés aux facultés de médecine. Depuis la rentrée universitaire 2013, le certificat de capacité d’orthophoniste attribue le grade de master (niveau bac+5).

Afin de garantir les débouchés aux jeunes diplômés, l’entrée en formation est limitée par un numerus clausus. La sélection s’effectue sur concours, très sélectif. Autant dire que l’année préparatoire, ouverte aux titulaires du baccalauréat toutes séries, est fortement conseillée.

Expersanté prépare à ce concours. Des cours de culture générale, de biologie, de techniques d’expression orale avec des professionnels (orthophonistes et/ou psychologues praticiennes) et des cours de coaching sont notamment proposés. L’année préparatoire à Expersanté s’étale sur 30 semaines. Mais attention, les places sont limitées (une vingtaine). Les étudiants préparant les concours d’orthophonie à Expersanté peuvent également suivre des cours de Sciences du langage et intégrer l’année suivante la deuxième année de licence de Sciences du langage de l’Université Paris Ouest la Défense Nanterre.

Débouchés

Une grande majorité des orthophonistes exerce en cabinet, à titre libéral. A noter que, dans ce cas, ils doivent faire preuve d’une grande disponibilité pour faire concorder leurs horaires de travail avec ceux des parents et le rythme scolaire des enfants.

Les salariés trouvent un emploi au sein des services de neurologie, de rééducation fonctionnelle, de pédiatrie, dans les instituts médico-pédagogiques pour enfants handicapés…

Certains choisissent une activité mixte : libérale et salariée avec un temps partiel en institution ou en hôpital.

Évolution professionnelle

Outre la création, ou la reprise d’un cabinet libéral, l’orthophoniste peut préparer un diplôme de cadre de santé ou devenir formateur auprès d’étudiants orthophonistes.

Salaire

Un(e) orthophoniste salarié(e) débutant(e) gagne environ 1 700 € bruts mensuels. En libéral, les honoraires sont déterminés par convention entre les caisses d’assurance maladie et la profession.Les revenus mensuels en libéral oscillent entre 2 300 et 3000 € bruts en moyenne.

 
  • > Prépa annuelle
  • > Concours
  • > Témoignages

Préparer la profession d’orthophoniste :

Matière enseignéeCours / Semaine
Culture Générale2h
Orthographe, Grammaire, Vocabulaire9h00
Français – Dissertation6h00
Eléments de biologie1h30
Mathématiques1h00
Approche des tests psychotechniques2h00
Entraînement à l’oral4h00
Coaching1h00
Total24h30

LES +Expersanté

Des ateliers de gestion du stress ou de méthodologie qui structurent et rassurent le candidat ;

Des ateliers spécifiques pour les oraux: travail sur la communication non verbale, la posture et la voix avec une comédienne ;

Des rencontres avec des professionnels : 2 professeurs orthophonistes ; 1 intervenante psychologue ;

Une bibliothèque d’annales, des magazines spécialisés,

Une salle d’étude et accès wifi disponibles tout au long de l’année.

Option Ortho2+

Les 19 concours d’orthophonie sont tous différents et surtout exigeants.

Aussi Expersanté a mis en place un partenariat avec le Département Sciences du langage de l’Université Paris Ouest Nanterre

nanterre

Double objectif :

– Plaire aux Jurys lors des épreuves orales : car l’attrait du candidat pour les sciences du langage et les connaissances acquises lors de ces cours sont convoitées.

– Eviter la situation du « tout ou rien », en cas d’échec aux concours, cette option permet à l’étudiant de valider la L1 et d’entrer en L2 Sciences du langage à Paris Ouest Nanterre.

Contenu :

72h de Sciences du langage (ou linguistique) – 21h d’anglais débutant – 4h d’informatique

A la fin de l’année (courant mai) les étudiants doivent valider le cursus par des examens portant sur ces 3 matières (+ contrôle continu sur les cours annuels).

Les Sciences du langage (ou linguistique) se consacrent à l’étude du langage humain et s’intéressent donc au fonctionnement des langues, de la parole, des messages.

Etudier les Sciences du langage permet d’appréhender la structure des langues, et les règles qui les organisent, mais aussi de découvrir une multiplicité de faits très variés et de s’initier à des problématiques importantes concernant l’humain, les relations interhumaines, la pensée et la connaissance.

L’option linguistique s’articule autour de trois modules :

Domaines des sciences du langage

Présentation des différentes spécialités de la linguistique (phonétique/phonologie, syntaxe, morphologie, sémantique, lexicologie, pragmatique…), et des domaines des sciences humaines en relation avec la linguistique (sociolinguistique, psycholinguistique, traitement automatique des langues…).

Observation de faits linguistiques

Apprentissage des méthodes de la description qui permettent l’identification des unités de l’analyse linguistique. A l’aide d’exercices proposés, les étudiants travailleront entre autres sur : la décomposition des mots en morphèmes (ex. en-courage-ment) ; le rapport entre les formes phoniques et les formes écrites (p. ex. saut/seau/sceau, etc.) ; quelques phénomènes caractérisant la chaîne parlée (liaisons, élision du e muet, etc.).

Langage au quotidien

Analyse d’un certain nombre de manifestations langagières parmi celles qui nous environnent le plus communément (conversations, argot, émissions de radio, discours ou entretiens télévisés, dictionnaires…) de manière à dégager leur fonctionnement en rapport avec la situation dans laquelle elles sont énoncées.

Cette option compte :

  • 3 heures hebdomadaires de linguistique dispensé par une professeur de l’ Université.
  • Cours d’anglais et d’informatique obligatoires pour la validation de la L1 (en mars/avril).

Ortho2+ : 860 €

Tarifs :
Expersanté Paris : 4400 €
Expersanté Marseille : 3800 €

Tarif spécial « 2ème chance »: en savoir plus

Tout élève ayant déjà fait une année de prépa bénéficie de 2 types de réductions possibles :

– Réduction au mérite (selon les notes de l’année)

– Réduction fixe de -20%

Notre professeur de biologie et mathématiques, Renaud Burrowes est l’auteur d’un ouvrage de préparation à la partie Biologie du concours Orthophoniste.

DES PROFS EXPER

Le livre est à retrouver en cliquant sur l’image ci – dessous :

rbl

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER VOTRE FICHE D’INSCRIPTION

> Le concours

Les concours ne répondent pas à des programmes préétablis. Leurs contenus pouvant changer d’une année à l’autre. En général ils comportent des sujets (QCM ou rédactionnels) de culture générale, d’expression écrite, de vocabulaire.
On trouve également des dictées, des tests psychotechniques, de la biologie …
Ces sujets sont abordés sous forme d’épreuves écrites et également orales.

Épreuves des concours

bouton-ecoles

Témoignage de Céline L. étudiante en prépa pour devenir orthophoniste (inscrite en option ortho2+), ayant réussie 3 concours et choisie d’intégrer Besançon.

J’avais pris l’option sciences du langage parce que ça me permettait de valider une année. En effet, avec les prépas si on rate le concours ça devient du « temps perdu » mais au moins là j’étais sûre de sortir avec quelque chose.

C’était beaucoup pour faire rebaisser la pression, non seulement de la part de ma famille qui disait « ce serait bien que tu fasses quelque chose de ta vie parce que les concours tu vois bien que t’y arrives pas! » puisque j’avais raté mes oraux l’an passé (2010). Et même moi ça me détendait grave en fait, c’était une respiration une fois par semaine de ne plus du tout parler de concours, d’apprendre de nouvelles choses intéressantes en plus. Et je me souviens que les partiels c’était vraiment un gros soulagement de ne plus être en compétition avec les autres !

Cette année dans l’école d’orthophonie on a eu des cours de linguistique et j’étais aidée d’en avoir fait en prépa une année avant. Ainsi certains concepts paraissaient moins compliqués, même si c’est quand même de la linguistique plus poussée en école ! je suis trop contente d’avoir refait de l’anglais aussi parce qu’on est en train d’en faire au second semestre, et heureusement que j’ai pu me replonger un peu dans cette langue l’an dernier parce qu’on perd assez vite malheureusement 🙁 Ah et aussi au concours de Nantes l’an dernier, y’a eu des questions de phonétique ! et j’étais trop fière de pouvoir y répondre et c’est obligé que ça ait joué puisque j’ai eu l’écrit de Nantes!)

Je suis entrée en école d’ortho, toute soulagée d’avoir mon concours et pressée de découvrir ma nouvelle ville et les cours qui m’aideraient à pratiquer mon futur métier.

Au 1er semestre, c’était assez bien réparti entre matières scientifiques (physiologie, cardiologie, ORL, bioacoustique (physique acoustique, anatomie) et les matières plus « littéraires » (phonétique, acquisition du langage, langue et littérature, apprentissage de la lecture, linguistique, psychologie cognitive, système législatif et éducatif (fonctionnement des écoles) et langue des signes française. Au 2ème semestre j’ai l’impression que c’est davantage scientifique par rapport au nombre d’heures de cours : anatomie, neuropsychologie, introduction à la psychologie, acquisition du langage, phonétique, anglais, neurologie…

En fait ce qui m’a vraiment paru dur c’étaient les matières scientifiques parce que c’était tout neuf et beaucoup moins évident pour moi. On se repose moins que ce que je pensais aussi parce que c’est vrai que arrivé en école, on relâche tous la pression et on travaille moins nos cours, puis arrivé aux partiels on se rend compte qu’il aurait fallu bosser avant !

Fin de mes petites aventures.

 

Témoignage de Laura H. étudiante en prépa orthophonie (inscrite en option ortho2+), elle a choisit d’intégrer une L2 à Paris ouest Nanterre.

Les premiers jours : Mon arrivée à la fac s’est très bien passée. Je me suis retrouvée dans une petite classe de L2 avec quasiment que des filles (3 garçons pour une quarantaine de filles !). J’appréhendais un petit peu parce qu’ils se connaissaient déjà tous mais j’ai été merveilleusement bien accueillie, les étudiants sont très ouverts et je n’ai eu aucun problème d’intégration.

L’organisation de l’EDT : L’emploi du temps est très cool et flexible. Bien que certains soient imposés, nous avons la possibilité de choisir plusieurs cours et surtout au moins 2 horaires au choix nous sont proposés par cours. Nous avons 10 cours de 2h à répartir dans la semaine, ce qui nous donne bien facilement 2 journées de libre dans notre semaine, ou des cours seulement le matin… Selon nos préférences et nos disponibilités ! De plus, beaucoup d’étudiants travaillent à côté, grâce aux disponibilités que leur offre la fac.

La promo : Nous sommes entre 45 et 50 en L2 cette année, et nous sommes toujours divisés en 2 groupes au minimum, ce qui nous donne des classes limitées à 35 au maximum pour les cours les plus demandés, mais nous sommes régulièrement une vingtaine, un effectif de classe très correct.

L’ambiance et les locaux : Contrairement aux a priori que j’avais sur cette fac, les cours se passent tous dans le calme, on peut y suivre une scolarité sereine et sérieuse. Les étudiants viennent d’horizons très variés, et la plupart des élèves avec qui j’étudie sont vraiment intéressants, agréables, ils n’hésitent pas à s’aider: l’ambiance y est chaleureuse. Les classes et le bâtiment de Sciences du langage sont bien entretenus, je n’ai rien à redire là-dessus.

Les cours: Certains cours sont plus ou moins intéressants mais ils m’ont plu dans l’ensemble, certains me rappellent d’ailleurs les cours de prépa. Les profs sont pour la plupart gentils et soucieux de notre réussite. J’ai particulièrement apprécié au premier trimestre les cours de Lexique, Sémantique, et de Phonologie qui deviennent pour moi un plus pour mes futures études d’orthophonie. C’est comme si je prenais déjà de l’avance sur ce que l’on va m’apprendre en école, j’acquiers déjà des connaissances qui me seront très utiles et ça me permet en quelque sorte de me consoler de mon échec au concours. Ce deuxième semestre, je vais commencer à étudier « L’acquisition du langage chez l’enfant », je suis impatiente d’en savoir plus…! Je commence également avec la fac un stage de 8 semaines (à raison d’une demi-journée par semaine) dans une école maternelle et primaire, une magnifique occasion pour moi d’observer le langage des enfants et de me faire une première expérience professionnelle « sur le terrain » encadrée par des professeurs et une orthophoniste. De plus, pour les personnes désireuses de connaissances, on peut assister à énormément de cours très variés à la fac, c’est vraiment une source de culture à portée de tous qui m’a vraiment impressionnée.

Les futures orthophonistes : A ma grande surprise, nous sommes quand même 15 filles dans ma promo à préparer les concours et j’ai pu trouver plusieurs camarades avec lesquelles travailler, échanger sur nos expériences, partager nos acquis… Les autres dans la promo se destinent surtout à devenir professeurs des écoles.

Le passage des concours : Il faut savoir que nous ne pouvons pas être absentes plus de 3 fois par cours. Au-delà nous seront inscrites « défaillante » au partiel et nous aurons du mal à valider notre année. Cependant, je passe cette année presque tous les concours en France et comme ils sont assez bien répartis selon les jours, je sais que je n’aurai pas plus de 3 absences un même jour. Donc concilier les concours et la fac est possible au niveau de l’emploi du temps et des exigences de la fac. En pratique, travailler la fac + les concours n’est pas très facile, il faut toujours choisir entre « soit je révise la fac et m’assure de valider mon année mais d’un côté je réviserais moins mes concours, soit je révise à fond mes concours mais je ne m’assure aucune réussite des deux côtés… », mais je vous avoue que ce n’est vraiment pas difficile de valider nos années à la fac, j’ai eu mon premier semestre haut la main alors que je n’ai pas tant travaillé que ça mes cours !

L’avenir : Les parcours proposés par la fac sont assez intéressants pour l’année de Master, celui qui concerne l’orthophonie est le Master DIAPASON (la brochure , le site) Concrètement, la formation porte sur les « Dysfonctionnements langagiers, troubles de la parole : analyse, prévention, diagnostic, réhabilitation ». Il est intéressant de noter que cette formation est proposée à des étudiants en écoles d’orthophonie en 4ème année, un nouveau plus en attendant d’avoir nos concours…Je crois que c’est aussi proposé aux étudiants de l’ISRP dans le cadre d’une convention comme celle d’EXPERSANTE.

En attendant les concours : Je travaille beaucoup, à la BU de la fac, même pendant mes cours de fac quand ils deviennent ennuyeux (oui, je ne devrais pas…). Je pense m’inscrire à des stages de langue des signes cet été, ils sont certes coûteux mais j’ai rencontré une orthophoniste qui m’a conseillé de le faire dès maintenant, car le tarif pour nous étudiantes est beaucoup plus intéressant que celui qui est proposé aux orthophonistes déjà formées (elle m’a dit regretter de ne pas l’avoir fait quand elle était étudiante, donc voilà encore un moyen de profiter du fait que je ne sois pas encore en école pour m’enrichir en connaissances, compétences ! Et puis pour l’oral, ça fait son petit effet !).

EXPERSANTE a vraiment eu une idée super que de nous proposer l’option Ortho 2+ : Comme je n’ai pas réussi mon concours l’année dernière, ça m’a vraiment permis de rebondir et de garder le moral, j’avance toujours dans mes études quoi qu’il arrive, même si j’échoue encore cette année. Au niveau du contenu, je me rends compte après coup que les cours proposés étaient vraiment un joli condensé de la première année, j’ai retrouvé énormément de choses dans mes cours de deuxième année et je suis vraiment contente d’avoir suivi ces cours chaque semaine, je ne me sens pas du tout en retard par rapport aux autres en L2, je me sens même en avance (aussi évidemment grâce à la prépa Expersanté en général, aux connaissances qu’on acquiert en sémantique, grammaire…) Je n’ai vraiment pas perdu mon temps ! J’ai d’ailleurs eu écho que ces cours étaient même nécessaires quand on rentrait en école d’orthophonie (Céline qui a réussi Paris m’a demandé de lui rendre les cours qu’elle m’avait prêtés car elle en a besoin pour sa première année !).

Si je peux donner un conseil aux étudiantes qui souhaitent préparer les concours d’orthophonie, c’est de venir le faire la première année à Expersanté et surtout de s’inscrire à l’option Orho2+ garant de tranquillité et de qualité et véritable assurance pour l’avenir.

Laura H.

Cliquez ici pour voir les bons conseils d’anciens étudiants pour réussir ses concours !